Proposer aux viticulteurs une technologie à base d’eau oxygénée stabilisée pour le traitement de leurs vignes, tel est l’objectif du projet Dionysos. Accompagné par la SATT Paris-Saclay depuis 2020, celui-ci offre une solution à faible impact environnemental et une véritable alternative aux produits phytosanitaires conventionnels.

Comment est née l’idée à l’origine de votre projet Dionysos ?

Pierre Picot : L’aventure Dionysos a démarré lorsqu’une coopérative de vignerons bordelais a contacté le CEA Tech de Bordeaux afin de trouver une solution alternative aux produits phytosanitaires pour le traitement de leurs vignes contre le mildiou, un champignon largement répandu. Principalement à base de cuivre, les fongicides utilisés aujourd’hui ont en effet un fort impact environnemental, que les nouvelles réglementations françaises et européennes imposent de limiter. La technologie proposée par le CEA permet de stabiliser dans le temps l’eau oxygénée, un biocide bien connu notamment pour ses propriétés antifongiques. Elle permettra à terme aux viticulteurs de traiter préventivement leurs vignes contre le mildiou avec une solution à faible impact pour l’environnement. Solution qui, nous l’espérons, pourra être validée comme produit de biocontrôle.

Pourquoi avez-vous candidaté à l’Appel à projets PhD Transfer Program de la SATT Paris-Saclay ? Qu’attendez-vous de ce dispositif ?

Pierre Picot : Travaillant au sein du laboratoire à l’origine de cette technologie, j’ai rejoint le projet dans le cadre de ma thèse. Nous avions alors à cœur de pousser notre technologie le plus loin possible. Dans cette optique, la structure de valorisation du CEA de Saclay nous a orientés vers la SATT. Un conseil conforté par un retour d’expérience particulièrement positif d’un doctorant membre de l’équipe. L’accompagnement proposé par la SATT pour structurer notre réponse à l’appel à projets m’a énormément apporté. Jusqu’ici totalement novice, sur les aspects marché notamment, j’ai pu bénéficier d’une formation de base sur la road-map, le business plan ou la chaîne de la valeur. Après avoir démarré le 1er mars dernier ce programme de douze mois, j’espère pouvoir aller beaucoup plus loin sur tous ces aspects. Je serai, dans cette optique, accompagné par une ingénieure en maturation dédiée. C’est une chance de pouvoir compter sur un accompagnement de proximité et de bénéficier de l’expérience, des conseils et de l’expertise de la SATT Paris-Saclay en matière de transfert technologique.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Pierre Picot : Si les premiers résultats de nos recherches sont concluants, nous poursuivrons ce projet en phase de maturation, notamment pour réaliser des essais en plein champ. L’ambition ensuite est de procéder à un transfert de notre technologie vers le monde industriel. Deux options sont, dans ce cadre, envisagées : le transfert à un industriel ou la création d’une start-up. Nous penchons pour l’instant pour la deuxième option.

Pierre Picot, PhD

Ingénieur maturation – SATT Paris Saclay
Porteur du projet DIONYSOS

En savoir plus sur le projet Dionysos