Modèle économique

Le modèle économique de la SATT Paris-Saclay repose sur un mécanisme vertueux de partage des revenus générés par l’exploitation des résultats de recherche des laboratoires.

Ce partage vers le chercheur porteur de la technologie et les établissements partenaires contribue à soutenir le développement de la Recherche publique de Paris-Saclay.

SÉLECTION

En investisseur avisé, entouré de ses organes de décisions, la SATT sélectionne ses projets dans un objectif de rentabilité à environ 5 ans, à l’issue du projet de maturation générée, par le versement de royalties et/ou de milestones, et au cas par cas par une prise de part au capital lors de création de start-up.

ACCÉLÉRATION

La création de valeur vers les sphères économique et industrielle constitue également le socle du modèle économique de la SATT Paris-Saclay qui accélère la maturité technologique des innovations et sécurise le time to market.

DÉVELOPPEMENT

En alimentant la « deeptech nation » ou en prenant part à la croissance d’entreprises établies qui nous confient le développement d’une brique technologique, la SATT participe à la compétitivité du territoire.

PARTAGE DE LA VALEUR

MODÈLE DE ROI DES PROJETS

SATT Paris-SaclayTRANSFERT INDUSTRIEL VERS PME/ETI/GG

Rémunération SATT Paris-Saclay

Projets classiques : versement de redevances (% du CA).
Projets santé : versement de milestones puis de redevances (% du CA).
Redevances calculées sur critères suivants :

  • Business Plan de l’entreprise
  • Critère d’exclusivité de la sous-licence
  • Zone géographique d’utilisation de la sous-licence

SATT Paris-SaclayCRÉATION DE START-UP

Rémunération SATT Paris-Saclay

Projets classiques : Versement de redevances minorées (% du CA) et prise de parts au capital.
Projets santé : versement de milestones puis de redevances minorées (pourcentage du CA) et prise de parts au capital.
Redevances calculées sur critères suivants :

  • Business Plan de l’entreprise
  • Critère d’exclusivité de la sous-licence
  • Zone géographique d’utilisation de la sous-licence