Le 07 juillet 2020 – La SATT Paris-Saclay a eu le plaisir de finaliser le transfert de la technologie issue du laboratoire « Infection et inflammation » (UMR1173 INSERM) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) vers la start-up DIOTHERIS. Maturée dans le cadre du projet Nasoflore porté par deux microbiologistes de l’UVSQ et de l’AP-HP, les Prs Jean-Louis Gaillard et Martin Rottman, les développements réalisés ont permis de faire la démonstration préclinique de l’activité d’une combinaison de bactéries du microbiote nasal dans la prévention des infections dues à un pathogène majeur : le staphylocoque doré.

La société DIOTHERIS s’est constituée autour de l’équipe scientifique et technique historique du projet composée, en plus des Prs Gaillard et Rottman, du Pr Jean-Louis Herrmann, également microbiologiste, et du Pr Didier Guillemot, épidémiologiste. Epaulée par un entrepreneur expérimenté dans le domaine de la Santé, Mr Eric Goupil, cette équipe fondatrice a convaincu le fonds Innobio2 de Bpifrance Investissement d’entrer au capital ce même jour, au côté de la SATT Paris-Saclay. Objectif : financer les développements vers les phases de validation clinique, et  renforcer l’équipe opérationnelle avec l’arrivée d’un CEO, issu du monde des biotechs développant des thérapies du microbiome humain, en la personne de Dr Simon Baeriswyl.

Découvrir le projet Nasoflore