Orsay, le 20 septembre 2022 – Ce mardi 13 septembre, la SATT Paris-Saclay et la structure tunisienne OurDigitalFuture, porteuse du projet Technoriat ont signé, à Tunis, un accord de partenariat visant l’accompagnement des chercheurs tunisiens dans leurs projets d’innovation. Lancé en 2020, Technoriat est un programme de soutien pour le développement de start-up technologiques issues de la recherche scientifique tunisienne et basées sur la propriété intellectuelle. Forte de son expérience acquise depuis huit ans au cœur du prestigieux écosystème de Paris-Saclay, la SATT partagera, au travers de ce partenariat, son expertise et son savoir-faire, notamment pour l’accompagnement de six projets sélectionnés pour leur potentiel de développement à l’international et la mise en place d’une unité de service de propriété intellectuelle. Les prémices d’un partenariat durable entre les deux structures dont l’ambition est, également, d’ouvrir la voie à de futurs partenariats de ce type à l’échelle de l’Afrique.

Si la Tunisie jouit d’un environnement de recherche particulièrement dynamique et voit l’émergence d’un écosystème de start-up très prometteur, peu d’entre elles proviennent aujourd’hui de la valorisation de la recherche et beaucoup d’innovations scientifiques et technologiques restent au sein des laboratoires sans perspective de commercialisation ou d’industrialisation.

Dans ce contexte, le programme Technoriat, initié en Tunisie en 2020, a pour ambition de poser les fondements d’un écosystème d’innovation pérenne et autonome permettant le développement de start-up technologiques issues des résultats de la recherche scientifique et basées sur la propriété intellectuelle. Parmi les objectifs de ce projet pilote porté conjointement par le cabinet OurDigitalFuture et l’Association des Technoparks Tunisiens en collaboration avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique ainsi que celui  l’industrie des mines et de l’énergie  : l’augmentation de la culture entrepreneuriale chez les chercheurs tunisiens, la démocratisation du processus de brevetage, la création de services à l’industrialisation, ou encore le développement d’échanges entre laboratoires européens et tunisiens afin de favoriser le développement de success stories internationales porteuses de croissance économique et sociale. Les secteurs prioritairement visés recouvrent les biotechnologies, la santé, l’agroalimentaire, les énergies renouvelables, l’environnement, l’économie circulaire et la science des matériaux.

Depuis le lancement du programme, 800 chercheurs ont été rencontrés dont 136 ont soumis leur candidature, 28 projets d’innovation ont été accompagnés pour une période de trois mois, puis 13 d’entre eux pour une incubation d’une année en vue de leur maturation technologique et économique. À l’issue de cette première phase, 6 projets seront sélectionnés pour un accompagnement dans leur phase d’accélération visant, via la création d’une entreprise, l’industrialisation et la commercialisation de leur technologie, notamment à l’international.

C’est dans ce cadre que Technoriat a sollicité, dès décembre 2021, la SATT Paris-Saclay. Après plusieurs mois d’échanges particulièrement riches et une première visite de l’équipe Technoriat en France, les deux structures ont décidé d’associer leurs compétences. Au cœur de ce partenariat : le partage d’expériences, d’expertises et de savoir-faire en matière de valorisation de l’innovation et d’accompagnement à l’entrepreneuriat.

Deux premiers chantiers sont engagés : un accompagnement des six projets lauréats par la SATT Paris-Saclay en matière de propriété intellectuelle, de maturation technologique, de modèle économique et de marchés, et un appui à la structuration du programme Technoriat et à l’élaboration d’une unité de services en propriété intellectuelle.

Les deux structures espèrent par la suite pérenniser leurs relations afin d’offrir de nouvelles opportunités d’échanges et d’accès au marché aux start-up et projets innovants de leurs pays respectifs, mais également afin de partager l’expérience acquise ensemble auprès de pays africains recouvrant des problématiques similaires.

Lire le communiqué de presse