Accompagnée par la SATT Paris-Saclay depuis 2015 dans le cadre du programme de maturation du projet FluoAlgo, la start-up VitaDX, créée la même année, offre un exemple emblématique de collaboration pluridisciplinaire et de partenariat stratégique mené au service de la santé. Sa technologie, développée avec l’ONERA, combine imagerie et intelligence artificielle pour un diagnostic précoce du cancer de la vessie, 5e cancer le plus fréquent en France. Après un essai clinique de grande envergure tout juste finalisé, l’entreprise a obtenu fin 2021 le marquage CE lui permettant de lancer sa commercialisation à travers l’Europe. Une première application prometteuse pour une entreprise en plein essor.

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE AU SERVICE DU DIAGNOSTIC

À l’origine de cette technologie : une forte complémentarité d’expertise entre la start-up VitaDX, issue de travaux de l’Institut des sciences moléculaires d’Orsay (CNRS/Université Paris-Sud) et de l’Hôpital Bicêtre (AP-HP), de l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA) et de la SATT Paris-Saclay. Le point de départ : un besoin d’expertise algorithmique de très haut niveau exprimé par la jeune start-up qui contacte la SATT Paris-Saclay en 2015 pour l’aider dans sa recherche de partenaire académique. La SATT identifie alors l’ONERA pour son expertise en traitement d’images et en intelligence artificielle et organise la mise en relation entre les deux structures. Ensemble, VitaDX et l’ONERA montent le projet FluoAlgo sélectionné par la SATT Paris-Saclay dans le cadre de son premier appel à projets de maturation.

« Ce projet correspondait parfaitement à notre volonté de valoriser les technologies développées par l’ONERA dans des domaines différents des applications habituelles que sont l’aéronautique, le spatial et la défense. Sa réussite nous a conforté dans cette approche. Aujourd’hui, nous accompagnons la valorisation de plusieurs de nos technologies dans le domaine médical. » évoque Didier Barberis, responsable transfert de technologie et valorisation au sein de l’ONERA.

Le premier chantier de ce vaste programme financé par la SATT s’organise autour de la réalisation, par les équipes de l’ONERA, d’une chaîne algorithmique d’interprétation d’images par deep learning permettant de détecter, de manière automatique, la présence de cellules cancéreuses au sein d’échantillons d’urine. Un apport conséquent pour la pratique des anatomopathologistes confrontés aux limites de la cytologie urinaire, la méthode manuelle d’analyse au microscope aujourd’hui utilisée et peu adaptée à la détection des cancers précoces de la vessie. Après 36 mois de travaux et le dépôt d’un brevet, le logiciel développé est transféré à la start-up en 2017.

UNE PERFORMANCE CONFIRMEE PAR UN LARGE ESSAI CLINIQUE

En parallèle, VitaDX pilote un vaste essai clinique également financé par la SATT Paris-Saclay. Menée auprès de 1 600 patients au sein de 14 établissements hospitaliers dont l’Hôpital Foch, le CHU de Rennes, l’Institut Paoli-Calmettes de Marseille et le CHU de Nancy, cette étude a dans un premier temps permis la constitution d’une base d’apprentissage pour le développement du logiciel de diagnostic. Des échantillons d’urines numérisés de patients symptomatiques et asymptomatiques d’un cancer de vessie ont permis la création d’une base d’images pour le développement de l’algorithme. La deuxième phase de l’étude a, quant à elle, permis la validation des performances cliniques de la technologie sur des échantillons provenant de nouveaux patients. Les résultats de ce vaste essai finalisé en décembre 2021 confirment l’efficacité de la solution déployée avec une sensibilité de plus de 80%, bien supérieure à celle de la cytologie urinaire. VitaDX est donc en mesure d’améliorer la capacité diagnostique des praticiens pour le primo diagnostic de patients symptomatiques et la surveillance de patients atteints d’un cancer de la vessie. VisioCyt® est le seul test combinant cytologie urinaire et intelligence artificielle en offrant un diagnostic fiable, reproductible et rapide, y compris sur les tumeurs de bas grade.

« La SATT Paris-Saclay est aujourd’hui particulièrement fière de l’avancée de l’un de ces tous premiers projets de maturation. Aujourd’hui cliniquement testée, la solution de diagnostic développée utilise des technologies d’intelligence artificielle facilitant le traitement automatique des images de cytologie et le diagnostic..  Autant de signaux au vert pour un développement commercial réussi. » confirme Sandrine Gary-Tréhin, cheffe du projet de maturation au sein de la SATT Paris-Saclay.

UN MARQUAGE CE OUVRANT LA VOIE AU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DE LA TECHNOLOGIE

Avec plus de 7 millions d’analyses urinaires à vocation diagnostique réalisées à l’échelle mondiale chaque année dans le cadre de primo-diagnostic ou de la surveillance du cancer de la vessie, la solution de diagnostic précoce VisioCyt® développée par VitaDX, dispose d’un important marché cible. Le marquage CE obtenu fin 2021 par l’entreprise suite à la finalisation de son étude clinique lui permet aujourd’hui de lancer la commercialisation de sa solution à travers l’Europe. Un premier client, l’un des plus importants laboratoires d’anatomopathologie français, a ainsi été équipé en février 2022. Et un tout premier patient devrait bénéficier du logiciel à partir du mois d’avril. L’entreprise basée entre Paris et Rennes et aujourd’hui composée de 25 personnes poursuit également ses projets de développement. Parmi ses objectifs pour les prochains mois : l’accès au remboursement de sa solution par la Sécurité sociale et la finalisation d’une levée de fonds de 8M€.

« Nous avons également de fortes ambitions pour les années à venir, notamment le développement de notre solution aux États-Unis, au Japon et en Chine, en collaboration avec des partenaires locaux. Nous travaillons aussi sur d’autres indications, d’autres pathologies et un dépistage du cancer de la vessie à un stade encore plus précoce pour les personnes à risque. » conclut Allan Rodriguez, CEO de VitaDX.

En savoir plus sur VitaDX