Vitrine technologique

EVAC

Adjuvant vaccinal

Investissement : 734k€

Domaine d’application : Santé

Domaine(s) scientifique(s) : Biologie et Chimie médicinale

Établissement(s) : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - CNRS - Université de Reims Champagne-Ardenne

Valorisation : Technologie à commercialiser

#Vaccins #AdjuvantsAluminiques #MOF

CAS D'USAGE

Les sels d’aluminium sont les adjuvants de référence des vaccins à base de toxine inactivée. Ils sont indispensables pour déclencher une immunisation forte et durable. Cependant ces adjuvants ne sont pas dégradés dans le corps humain et laissent des dépôts indélébiles : tatouages internes.

La crainte que ces dépôts soient associés à des effets secondaires indésirables a entraîné une défiance importante vis-à-vis des vaccins, avec le risque d’un recul de la couverture vaccinale.

Les alternatives développées n’ont toujours pas un rapport bénéfice/risque aussi avantageux que les adjuvants aluminiques malgré une recherche intensive.

AVANTAGES

Le projet EVAC a pour objectif de développer des adjuvants résorbables. En effet, ils sont dégradés progressivement dans le corps, ce qui permet d’initier une réaction immune avant la dissolution de l’adjuvant et ainsi éviter la formation de dépôts par accumulation.

APPLICATIONS

La technologie portée par EVAC s’adresse au marché des vaccins tués, à base de toxine inactivée, pour lesquels les adjuvants sont nécessaires.

Ces vaccins représentent ¾ des vaccins pédiatriques : une diminution des potentiels effets secondaires et l’amélioration de la confiance en ces vaccins est donc cruciale pour assurer une couverture vaccinale maximale sur la plupart des maladies infantiles.