Vitrine technologique

BTS

Nez artificiel pour la détection des molécules responsables de l’odeur de verrat

Investissement : 100 k€

Domaine d’application : Agriculture et Environnement

Domaine(s) scientifique(s) : Physique-Chimie et Optique

Établissement(s) : ENS Paris-Saclay - CNRS

Valorisation : Transfert en cours / réalisé vers un partenaire industriel

#NezArtificiel #Bien-etreAnimal #OdeurVerrat

CAS D'USAGE

L’élevage de porcs mâles nécessite actuellement la castration à vif des animaux afin d’éviter l’apparition d’odeur de verrat (« Boar taint ») lors de la cuisson de la viande, rendant celle-ci impropre à la consommation.

La nouvelle directive européenne sur le bien-être animal vise l’interdiction prochaine de cette pratique, ce qui nécessite le développement sur les chaînes d’abattage de systèmes de tri de carcasses afin d’éliminer les plus susceptibles de dégager cette odeur.

Les solutions actuelles reposent sur le nez humain, une méthode contraignante à forte pénibilité et à faible reproductibilité.

AVANTAGES

BTS (Boar Taint Sensor) a pour objectif de développer un système de détection des molécules responsables de l’odeur de verrat, l’androsténone et le scatole, qui puisse être intégré aux chaînes d’abattage et fournir automatiquement et rapidement un résultat fiable et reproductible.

La précision du système repose sur une quantification sélective et spécifique des molécules par des méthodes optiques.

APPLICATIONS

Le projet BTS permettra la mise au point d’un prototype de mesure en laboratoire qui pourra être industrialisé et déployé par un partenaire industriel identifié.

Au sein de l’Union Européenne, c’est une production annuelle de 250 millions de porcs répartis dans 1600 abattoirs qui est concernée.